Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 9 et 11 janvier 2007

De quoi induire un printemps précoce
Avec ce début d’hiver doucereux, notre ail commence à se demander si ce ne serait pas déjà le temps de germer... Aussi, on ne sera pas fâchés de voir arriver du temps plus froid, qui préviendrait un départ beaucoup trop précoce!
Certains pourraient se demander si pareil climat sourit aux agriculteurs... eh bien, pas vraiment. C’est pas parce que l’hiver est doux que le printemps commence plus tôt, et il pourrait quand même geler dur au mois de mai. Ça prend plutôt l’allure d’un désordre climatique, sans grande incidence sur nos cultures (puisqu’elles sont suspendues pour l’hiver), mais certes pas un avantage non plus (surtout si l’ail se met à germer au mois de janvier!).

On part les pousses
On installe cette semaine la salle de culture pour les pousses de tournesols, que nous aurons le plaisir de glisser dans le prochain panier. De la verdure fraîche, bio, et locale, n’est-ce pas merveilleux?

Patates au four
Le panier de cette semaine contient des patates Russet, une variété idéale pour la cuisson au four ou pour les frites. Les bouillir ou en faire une purée risque de donner une texture moins intéressante qu’avec la Yukon Gold, par exemple.

Les frites de Salt Spring
Une alternative délicieuse aux frites.

1 t. de semoule de maïs
1 c. à table d’oignon finement émincé
1 c. à thé de levure alimentaire
1 c. à table de persil séché
1 c. à thé d’origan séché
1 c. à thé de graines de céleri
1 c. à thé de basilic séché
Une bonne pincée de poivre moulu
½ c. à thé de sel
6 à 8 patates (les Russet sont idéales)

Brosser les patates, et les peler si désiré.
Combiner tous les ingrédients sauf les patates et bien mélanger.
Couper les patates en quartiers (environ 6 à 8 par patate), et les enrober du mélange de semoule.
Placer les quartiers sur une tôle à biscuits légèrement huilée.
Faire cuire à 375°F pendant 25 minutes, puis retourner les morceaux pour rôtir l’autre côté, de 15 à 20 minutes.

Traduit de: R. Polden et P. Thorney, Salt Spring Island Cooking, Macmillan Canada, 1993, p.123.

Salade d’hiver au chou rouge

Un gros chou rouge, ou un chou rouge moyen et ½ chou chinois (napa)
1 grosse pomme sûre, variété à cuire ou pomme verte, coupée en petits morceaux
2 c. à table de persil frais haché
4 c. à table de raisins secs foncés (Thompson, Flame ou Sultana)
4 c. à table de noix hachées

Vinaigrette
1 échalote française, hachée finement
4 c. à table de vinaigre de cidre
2 c. à table de moutarde de Dijon
2 c. à table de miel
Poivre noir fraîchement moulu
3 c. à table d’huile d’olive

Dans une petite tasse, mettez l’échalote hachée à tremper dans le vinaigre de cidre.
Râpez finement le chou; l’emploi d’un robot culinaire facilitera la tâche (utilisez une lame de 2 mm (1/16 po). Mettez le chou dans un grand saladier. Mélanger le chou, la pomme, le persil, les raisins secs et les noix.
Pour faire la vinaigrette, battez vigoureusement dans un bol ou dans un pot qui vous permettra de secouer le mélange de vinaigre à l’échalote, la moutarde, le miel, le sel et le poivre. Ajoutez l’huile petit à petit pour former une émulsion. Incorporer à la salade et laisser reposer au moins 30 minutes avant de servir.
Cette salade se prépare bien d’avance, il suffit de la sortir du frigo une heure avant de la servir pour la laisser chambrer.
Donne de 4 à 6 portions.