Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 12 et 14 décembre 2006

Youppi la neige!

On veut souhaiter à tous les partenaires du projet d’agriculture soutenue par la communauté des Jardins de Tessa de joyeuses Fêtes, et une belle nouvelle année.

Soupe au chou de base
Saviez-vous que le chou est un excellent désinfectant des muqueuses nasales et des sinus et qu’il est riche en vitamine C ?

1 chou vert
1-2 carottes
1 gros oignon
Fines herbes séchées: sarriette, thym, marjolaine.

Commencer par un gros oignon revenu dans un peu d’huile. Ajouter les herbes aromatiques d’hiver: sarriette, thym, un tout petit peu de marjolaine, avec peut-être une cuillérée à thé de cumin moulu. Pendant que ça revient, je prépare le chou en enlevant les feuilles extérieures pour bien les laver, le reste se coupe sans lavage. Je hache le tout en lanières pas trop longues, et je le flanque au chaudron avec une ou deux carottes en rondelles ou en demi-lunes. Je couvre d’eau ou de bouillon, je porte à ébullition et je laisse mijoter 20-25 minutes. On peut ajouter plein de choses avant de faire mijoter: une boîte de tomates, des cubes de betterave, quelques poignées de riz blanc, un restant de riz déjà cuit, des lentilles rouges, des légumineuses pré-cuites ou germées, des petits morceaux de poulet cuit ou des cubes de tofu, etc. Une fois cuite, la soupe au chou gagne souvent en saveur à l’ajout d’une touche acidulée comme le jus d’un demi citron, un soupçon de vinaigre de cidre, ou encore un peu de yogourt, comme il est d’usage dans les Balkans.

... et le chou chinois, on en fait quoi?
Le chou chinois c’est bon sauté en lanières, sur une base d’ail grillé dans l’huile (olive ou sésame), avec du gingembre râpé fin et un peu de cumin ou de coriandre moulue. Faut pas hésiter à bien le cuire, quoi qu’il est aussi très bon encore croquant, ça dépend des goûts. Ajouter un peu de liquide pour laisser cuire sous couvert à feu doux donne de bons résultats. Quelques gouttes de tamari, un peu de jus de citron peut-être... On sert ça chaud, et ça fait un plat d’accompagnement qui a du corps et de la saveur et qui est à la fois léger à digérer... et c’est bourré de calcium, entre autres... et ça prend à peu près 7 minutes à faire. C’est pas merveilleux, ça?

Potage de topinambours

1 lb de topinambours bien lavés et émincés (il n’est pas nécessaire de les éplucher leurs peaux donneront du caractère au velouté)
1 litre de fond de volaille ou de bouillon au choix
40 g de bacon
30 g de beurre
2 gousses d’ail épluchées, germes enlevés
1 petite patate, épluchée, coupée en petits dés
1 petit oignon épluché et émincé
1 bulbe de fenouil émincé
2 blancs de petits poireaux émincés et lavés
¼ tasse de céleri-rave épluchée et râpé
1 bouquet garni (2 branches de sauge, de thym, 1 feuille de laurier) ou l’équivalent en fines herbes séchées
65 ml de crème 15%
sel et poivre

Faire fondre le beurre à feu moyen; ajouter le bacon et cuire en remuant de temps en temps jusqu’à de qu’il rende sa graisse, environ 3-5 minutes. Ajouter l’oignon, le fenouil, le poireau, le céleri-rave et l’ail; assaisonner avec sel et poivre; incorporer le bouquet et cuire en remuant de temps en temps pendant 5 minutes; ajouter les topinambours et cuire encore 15 à 20 minutes; remuer de temps en temps. Ajouter le fond, les patates, sel et poivre. Porter à ébullition et puis baisser le feu pour que la soupe frémisse. Cuire, sans couvercle 30 à 35 minutes en écumant la surface régulièrement. Jeter le bouquet garni. Verser le contenu de la casserole dans un mixer et rendre la mixture lisse et onctueuse puis ajouter la crème.

Recette du chef de l’Auberge à la Gloire du Matin, Jocelyne. www.alagoiredumatin.qc.ca

Mettez notre prochain rendez-vous sur le nouveau calendrier!
On se retrouve début janvier 2007 :
le 9 janvier dans Centre Sud et le 11 janvier dans Villeray.
C’est un rendez-vous!