Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 3 et 5 octobre 2006

La fin approche...
La fin de la saison se montre le bout du nez déjà; il nous reste encore deux beaux paniers après celui-ci. Après quoi nous continuerons à fournir en légumes les partenaires qui prennent un panier à l’année, en venant aux deux semaines chercher des légumes d’hiver bien conservés dans notre entrepôt : betteraves, choux, courges d’hiver, céleri-rave, ail oignons et poireaux, patates et carottes, topinambours, rutabagas et compagnie apporteront l’énergie de la belle saison, avec en plus du mesclun de la serre en début de saison, et des pousses de tournesol fraîches après les fêtes.
C’est le temps de glisser un merci à Julie, Eartha et Gaby, qui ont pris en charge les livraisons des paniers d’été avec une belle énergie!

Un chou-fleur haut en couleurs
Le petit chou-fleur de cette semaine est d’une variété particulière, dont la génétique s’exprime en ... mauve! Ce petit chou-fleur fait un bel effet dans une assiette de crudités avec une trempette. Cuit, il perd de sa belle couleur et tourne au bleu délavé, ce qui est peut-être un peu moins esthétique dans un gratin, mais a tout aussi bon goût.

Fénix parti... les chenilles dansent!
Frédéric a pris le relais depuis le congé de Fénix, et il s’y est pris un peu tard pour le brocoli de cette semaine. On traite le brocoli en prévention avec du bt, cristal obtenu d’une bactérie qui est toxique spécifiquement pour les chenilles des crucifères (dépendant de la sorte que l’on choisit), et qui se dégrade sans laisser de trace. Il s’agit de l’appliquer au bon moment pour s’assurer une récolte exempte de ces voraces intruses. ...Sauf que cette fois-ci l’application est arrivée un peu tard et n’a pas été vraiment efficace. Voilà pourquoi, à moins d’être désespérément en manque de protéines, nous vous conseillons de faire tremper votre brocoli dans un bol d’eau fraîche salée pour une quinzaine de minutes et de les brasser dans cette eau avant de les rincer sous le robinet. Vous pourrez ensuite les faire cuire avec l’esprit en paix, et les savourer tout autant.

La courge poivrée, délice de la saison froide
Avec les nuits froides de l’automne, la courge poivrée (aussi appelée acorn) développe toute sa saveur et son sucre. Rien à voir avec celle de la fin d’été qui était plutôt amidonnée, et de peu de saveur. Celle de cette semaine devrait être d’une couleur riche à l’intérieur, et d’un goût sucré rappelant un peu le sirop d’érable. Cuite au four en moitiés sur une tôle, pour une quarantaines de minutes ou jusqu’à ce qu’elle soit fondante, cette courge pourrait tout aussi bien servir de dessert telle quelle, avec beurre, sirop d’érable, noix de Grenoble ou pacanes grillées et un peu de crème glacée à la vanille... mmmmm. On peut aussi l’utiliser pour accompagner un plat de sa touche sucrée et moelleuse, arrosée d’un peu d’huile d’olive à l’ail, de thym et salée au tamari, par exemple...

Purée de rutabaga aux poireaux
1 rutabaga de bonne taille
1 petite pomme de terre
2 poireaux
Sel et poivre frais
2 c. à table de crème ou de bouillon, ou plus
2 c. à table de beurre
2 c. à thé de thym

Couper un rutabaga et une petite pomme de terre pelés en morceaux d'égale grosseur. Parer 2 blancs de poireaux en rondelles et une gousse d'ail émincée.
Mettre le tout dans un chaudron, couvrir tout juste d'eau froide salée et faire mijoter, à demi couvert, jusqu'à ce que les légumes soient tendres (15-20 min.). Égoutter et conserver l’eau de cuisson.
Écraser les légumes à la fourchette pour une texture grossière, ou les passer au mélangeur pour une purée délicate. Ajouter 2 c. à table ou plus de crème ou du bouillon de cuisson pour éclaircir si nécessaire. Ajouter 2 c. à table de beurre, 2 c. à thé de thym émincé, et assaisonner de sel et poivre au goût.