Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 27- 29 juin 2006

Sur la ferme...

Les champs verdissent, ça pousse, enfin!
On a transplanté les crucifères (famille des choux) toute la semaine, et même jusqu’à 7 hres du soir mercredi.
On a aussi drageonné les plants d’aubergines. Ce qui veut dire: on a enlevé toutes les tiges qui poussaient à la base des plants, pour qu’ils concentrent leur énergie vers la floraison et la fructification, plutôt que la croissance.
On est allés pour la première fois cette saison au marché de Sutton, le village voisin, où un marché public se tient tous les samedi de l’été. Il y avait beaucoup de monde et nos légumes (surtout des feuilles) ont eu du succès.
Le panier de cette semaine contient encore des concombres et tomates de serre de l’Abri végétal, de Compton.

- Spécial fleurs d’ail-
(les machins verts entortillés dans le panier de cette semaine)

LES FLEURS D’AIL
Allium sativum, Garlic tops

Les fleurs d’ail sont un légume délicat prisé des Méditerranéens. Elles peuvent être mangées crues, hachées finement et ajoutées aux salades, et sont délicieuses en morceaux dans des sautés, attendries par la cuisson (les mettre au début, comme pour les oignons). Elles se conservent à merveille hachées, blanchies et couvertes d’huile d’olive dans un pot fermé au réfrigérateur. On peut alors s’en servir comme condiment. De saveur plus douce que le bulbe, elles sont d’un usage plus discret, et portent elles aussi des vertus médicinales renommées.

Une bonne façon de profiter des fleurs d’ail qui pourraient s’accumuler : couper tout un paquet en morceaux d’un dizaine de centimètres chacun et les cuire à la vapeur. On peut les servir en vinaigrette ou en sauce blanche, ou simplement avec du beurre, comme on le ferait avec des asperges. Les fleurs d’ail sont aussi bien agréables coupées en petit morceaux et jetées dans une soupe ou un plat mijoté en fin de cuisson. Il suffit d’enlever le bout plus mince de la fleur, qui est plus fibreux, et tout le reste se mange!
Essayez-les en pesto: on enlève la fleur, on les hache et on les passe au mélangeur avec huile d’olive, citron, sel, parmesan et noix de pin au goût... Ou encore avec la bette-à-carde, à la poêle: on coupe les fleurs d’ail en bâtonnets de 10 cm, et on les met à cuire d’abord, avec les cardes et quelques aromates dans un peu d’huile. On ajoute les feuilles de bette pour les dernières 7-10 minutes.
Il faut savoir aussi que, si délicieuse qu’elle soit, la fleur d’ail est aussi une nécessité, puisqu’il faut la «casser» pour faire en sorte que l’ail mette son énergie sous terre dans son bulbe, plutôt de l’employer à fleurir pour produire des graines… au détriment de la récolte de bulbes d’ail.

Bette-à-carde à la poêle

  • 1 paquet de bette
  • Un peu d’oignon, fleurs d’ail, ail, échalotte, au choix
  • Quelques petits morceaux de tofu
  • Sauce tamari
  • Huile d’olive
  • Laver et couper la bette en morceaux, les feuilles et les tiges à part. Faites revenir les tiges et le tofu dans un peu d’huile avec de l’oignon, de l’ail des fleurs d’ail ou de l’échalote. Ajouter la sauce tamari au goût jeter les feuilles dans la poêle et faites revenir jusqu’à ce qu’elles soient molles. Servir comme accompagnement.

    Les feuilles de bette s’apprêtent comme l’épinard et peuvent le remplacer dans toutes les préparations.

    La bette à carde cuite est une excellente source de potassium de magnésium et de vitamine A. Elle est une bonne source de vitamine C et de fer et contient du calcium.

    La bette se conserve (non lavée, dans un sac de plastique perforé au réfrigérateur) environ 4 jours. Comme l’épinard, les feuilles se congèlent bien après un blanchiment de 2 min.