Petites nouvelles des Jardins de Tessa: 23 janvier 2006

Pas si doux, le redoux
C’est tout un redoux qu’on a cette année!
On espère avoir droit à une petite couverture de neige avant que le froid ne revienne en force, histoire de protéger la plantation d’ail au champ. Sans l’isolation de la neige, le froid peut descendre profondément dans le sol et endommager des cultures.

Faire nos plans
C’est la période de l’année où on s’applique à la planification : on choisit les semences, on en fait la commande, on prépare le calendrier de production en utilisant notre expérience des saisons précédentes. On dresse aussi un budget pour la saison à venir, qui bien sûr influencera notre gestion de l’équipe de travail...

On part les pousses cette semaine
On est aussi à remonter l’installation pour la production des pousses de tournesol, qui viendront ajouter leur grain de vitalité dans le prochain panier.

L’échalote française, ma chère!
Seule représentante de la famille des liliacées dans le panier de cette semaine, cette invitée de choix retient la préférence de bien des gourmets pour la délicatesse de sa saveur, tout particulièrement dans les vinaigrettes. Après les avoir pelées, en avoir retiré le germe (plus amer) et les avoir et émincées finement, on les met dans un bol avec le vinaigre et le sel pour les laisser mariner au moins une quinzaine de minutes, ce qui adoucit encore leur goût, et leur donne une légère teinte rosée. Un dernier mot sur l’échalote : il vaut la peine de la trancher finement avec précaution plutôt que de la hacher dans un mouvement de va-et-vient. Il semblerait que sa saveur est plus douce lorsqu’elle n’est pas écrasée.

Les betteraves râpées
Une suggestion inusitée souvent servie chez votre maraîcher : essayez les betteraves crues! Bien lavées et épluchées, on peut les râper et en faire une salade délicieuse et bienfaisante. Du côté fin de la râpe, en mélange avec des carottes et une vinaigrette à citronnée, ou encore du côté plus grossier, mélangé à une salade verte et une vinaigrette blanche mayo-yogourt-échalote… mmmmmm...

Ce sont les dernières courges Buttercup qui sont dans vos paniers cette semaine. Cette variété est idéale pour la recette qui suit :

Gâteau d’hiver à l’huile d’olive, à la courge et aux épices
Vous serez surpris par l’agréable parfum que l’huile d’olive apporte à ce gâteau. Le mélange des saveurs de la courge, des noisettes et de l’huile d’olive y est étonnamment délicieux.

1 grosse courge, cuite à la vapeur, en purée
1 ¼ t. d’huile d’olive ou de beurre fondu
4 gros œufs battus légèrement
le zeste d’un citron (bio)
2 c. à table de sirop d’érable
4 t. de farine de kamut
1 c. à thé de sel
1 ½ c. à thé de poudre à pâte
½ c. à thé de gingembre moulu
1 c. à thé de cannelle moulue
¼ c. à thé de muscade moulue
2 poignée de noisettes concassées
2 poignées de raisins secs

Chauffer le four à 350°F. Huiler deux moules à pain ou un grand moule, style plat à lasagne (9x13 ou 10x14 pouces).
Dans un grand bol, battre ensemble les œufs, l’huile, le zeste de citron et le sirop d’érable.
Tamiser ensemble les ingrédients secs.
Ajouter au mélange d’huile et œufs la courge et les ingrédients secs, en commençant par les ingrédients secs et en alternant ensuite, jusqu’à terminer avec eux.
Ajouter les noisettes et les raisins secs.
Le résultat varie en fonction de la quantité de purée de courge et de sa teneur en eau. Si le mélange vous semble trop sec, vous pouvez le rendre plus liquide en ajoutant un peu de jus d’ananas ou d’eau.
Verser dans le ou les moules, et cuire au four pendant de 35 à 45 minutes, ou jusqu’à ce qu’un cure-dent en ressorte sec.
Donne entre 10 et 16 portions