Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 4-5-6 août 2015

Ail ! Ail ! Ail !
Wow, cette année, nous avons récolté l’ail en un temps record. Une journée et tout était récolté et mis à sécher. L’an passé, Frédéric a essayé une nouvelle technique de récolte et de séchage avec une petite partie des bulbes et ça été concluant. Par le passé, nous sortions les bulbes de terre, les laissions sécher quelques heures, et ensuite, on devait les attacher en paquet de 24 et de retour à la ferme les accrocher pour les faire sécher. Maintenant, on coupe le gros du feuillage à la récolte, nous les plaçons dans des boîtes bien ajourées et de retour à la ferme, on empile les boîtes, on met des «plywood» tout le tour, on place des souffleries dans le bas de la pile et celles-ci soufflent dans les caisses pour un séchage à air forcé. C’est plus efficace car il y a moins d’humidité, ça sèche plus uniformément et aussi un peu plus rapidement. Cette année, nous avons récolté un peu plus tôt que nous aurions voulu car, Frédéric avec son œil de lynx, à observé un début de maladie sur le plateau de l’ail (là où il y a les petites racines). C’est la fusariose du plateau. Par chance, le séchage semble en avoir stoppé le développement. Les bulbes sont moins beaux (ils sont un peu brunâtre à la base) mais la qualité de l’ail n’est pas affecté.

Les légumes chaleurs s’en viennent…
Avec la belle chaleur que nous avons eue la semaine passée, les légumes chaleur comme les aubergines, les tomates, les cantaloups et les melons d’eau ont fait une « poussée de croissance » impressionnante. Les tomates commencent à tourner et nous avons trouvé quelques cantaloups de mûres cette fin de semaine… En espérant que la chaleur se poursuive encore un peu, vous en aurez bientôt dans le panier.

La serre fait peau neuve…
Nous avons profité du beau temps pour faire changer le plastique de notre serre. Par un beau mercredi très chaud, l’équipe de Techni-serre est venue effectuer les dits travaux. Dépendamment du type de production que nous faisons dans nos serres, il faut changer le plastique à intervalle régulier. Comme nous ne produisons que des transplants et quelques légumes pour les premiers paniers, nous n’avons pas à changer le plastique aussi souvent qu’un producteur de fleurs ou encore de tomates. Les transplants ont besoin de lumière certes mais nous avons une certaine marge de manœuvre (que les plantules germent de quelques jours à une semaine de plus ou moins selon les saisons, ce n’est pas dramatique pour nous). Par contre, pour les producteurs de plantes annuelles ou de tomates, la luminosité est primordiale car c’est ce qui fait mûrir ou fleurir les plants et ils doivent arriver en même temps que tout les autres producteurs sur le marché ou même avant s’ils font des primeurs. Bref, nous, nous changeons notre plastique quand il est dû, c’est-à-dire quand le degré de luminosité qu’il laisse passer est faible et qu’il est abîmé (troué).

Chou mariné (base)
1 chou rouge ou vert émincé
Vinaigre de cidre de pomme suffisamment pour enrober le chou
1 c. à soupe de sucre brut ou de sirop d’érable

Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol et laissez-y ramollir le chou 2-3 heures à température pièce.

Salade de chou mariné à l’asiatique
chou mariné
1 pomme ou betterave ou poire en juliennes
Coriandre et/ou persil frais
Jus de lime au goût
1 c. à thé d’huile de sésame
1 c. à thé d’huile d’olive de première pression à froid
Gomashio (sel de sésame)

Mélanger tous les ingrédients. Ajouter des cubes de tofu grillé ou des amandes au tamari pour un repas complet.

Grilled cheese au chou mariné
Tartiner un pain de moutarde de Dijon ou de wasabi. Étendre des tranches de cheddar fort ou gouda. Garnir le pain de la salade de chou à l’asiatique et de tranches de pommes puis recouvrir d’une autre tranche de pain. Faire griller à la poêle des 2 côtés et écraser avec un poids pour aplatir le sandwich et faire fondre le fromage. Servir chaud ou tiède.
Réf : www.manger santebio.org.