Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 21-22-23 juillet 2015

Merci Marie-Claude pour le beau petit journal de la semaine passée. Je dois avouer que je suis très heureuse de partager la rédaction avec cette amoureuse de la bonne bouffe. Je suis certaine qu’elle saura vous charmer avec ses conseils et recettes parfois épatantes. Et, si vous la croisez au point de chute, essayer de vous faire inviter. Elle est bonne cuisinière…

Enfin ça décolle !
La chaleur étant de plus en plus présente, nous pouvons sentir l’abondance arriver, enfin. Durant les premières semaines, il n’était pas facile d’avoir nos sept items mais à partir de maintenant, c’est la situation inverse. Nous devons choisir ce que nous mettrons dans le panier car nous avons de plus en plus de choix. Là, ça commence à être plaisant. Avec la chaleur et l’humidité, arrivent aussi les maladies et les insectes. Frédéric, avec son œil de lynx, surveille l’arrivée de ces indésirables afin de pouvoir intervenir si nécessaire.

Des survivantes, les fèves
Imaginez-vous que les fèves que vous retrouvez dans le panier cette semaine ont gelé tard au printemps. En fait celle qui se trouvent dans le panier n’ont pas gelé mais ce premier semis de fèves (semis qui est toujours un coup de dé à savoir si elles subiront du gel ou pas, comme le dernier d’ailleurs) a été endommagé par le gel. En fait, Frédéric dit qu’un plant sur 2 environ à gelé. À savoir pourquoi, ça reste encore un mystère. Au moment où c’est arrivé, nous nous sommes demandés si on passait les roulettes dedans pour détruire les plants mais notre instinct (ou peut-être pourrions-nous dire aussi un note d’espoir) nous a invité à attendre et à les laisser aller. Et quelle chance, nous pouvons maintenant casser des fèves. Comme quoi, la nature est forte et nous contents de cet heureux dénouement.

Le basilic, en abondance
Et oui, encore du basilic cette semaine. Comme vous le savez probablement déjà, le basilic est une herbe assez fragile. Plusieurs insectes l’adorent et lorsqu’il est prêt nous ne pouvons attendre car il dépérira rapidement. Voici quelques idées d’utilisation. Bien sûr, il y a le traditionnel pesto. Il semblerait qu’il soit préférable de le faire comme base, c’est-à-dire seulement basilic et huile et attendre à la décongélation pour rajouter noix de pin, ail, etc. Il y a aussi le séchage pour des provisions hivernales. Vous pouvez faire sécher votre bouquet tête en bas dans un endroit chaud et sec, sinon au four à très basse température. Si vous avez un déshydrateur, c’est génial! Il suffit de suivre les instructions. Et pour les plus aventureux, voir notre recette de glace au basilic de l’an passé.

Des concombres…
Vous vous souvenez de Gloria? La cousine à Frédéric qui est venue faire un stage d’un mois à la ferme. Elle m’a dit que sa sœur faisait du granité de concombres. Comme je n’ai jamais essayé (mais j’y compte bien), je suis allée voir sur le web pour trouver une recette avec des mesures exactes. À essayer, ce doit être franchement rafraîchissant!

Granité de concombre à la menthe
500 g de concombre
3 c. à soupe de jus de lime
3 c. à soupe de sirop d’érable ou sucre
3 brins de menthe +feuilles pour décorer

Rincez, séchez et effeuillez les 3 brins de menthe. Épluchez en laissant des lanières de peau et épépinez le concombre. Couper en petits dés. Réservez-en 2 cuillerées à soupe et mettez le reste dans le bol d’un mixeur. Ajoutez le jus de lime, le sirop de canne et la menthe effeuillée. Mixez pour obtenir une purée grossière. Versez la purée de concombre dans un bac métallique peu profond et placez-le au congélateur. Faites prendre le granité pendant 3 h en le mélangeant à la fourchette toutes les 30 min. Au moment de servir, répartissez le granité dans des verres et décorez des petits dés de concombre réservés et de pointes de menthe.

Réf : http://www.cuisineetvinsdefrance.com/,granite-de-concombre-a-la-menthe,31626.asp