Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 29-30 novembre et 1er décembre 2011

Rencontre du RJME
La fin de semaine passée nous avons participé à la rencontre automnale du Réseau des Jeunes Maraîchers Écologiques (RJME). Ce qui est bien dans ce réseau c’est qu’il a été créé par des jeunes désireux de se lancer dans la culture de légumes ou qui en cultivaient déjà. Comme les ressources en bio sont assez limitées et/ou coûteuses ce réseau permet à ceux et celles qui démarrent d’avoir accès à de l’information et des références par le biais d’échange et de partage avec d’autres producteurs. Le réseau organise deux rencontres par année, chacune d’elle se faisant sur une ferme différente. Celle-ci avait lieu à Mont-Tremblant à la Ferme Aux Petits Oignons et nous étions très nombreux. Ce fut une rencontre des plus intéressantes et ressourçante. Il est toujours encourageant de voir le chemin parcouru par de nouvelles fermes en peu de temps. C’est signe qu’il y a encore de la demande. Vive les courageux qui osent encore aujourd’hui se lancer dans cette folle aventure qu’est l’agriculture… Au grand bonheur des adeptes du local et du bio.

Les topinambours : bien les apprêter, pour une digestion sans encombres
Tandis que certains adorent la salade de topinambours râpés crus, d’autre redoutent d’en manger à cause des difficultés digestives qu’il peut provoquer lorsqu’il n’est pas complètement cuit. Une explication possible tient au fait que le topinambour contient beaucoup d’inuline, un amidon difficile à décomposer pour la plupart des systèmes digestifs.
Pour les gens qui ont des mauvaises expériences, ça vaut donc vraiment la peine de faire l’essai du topinambour bien cuit dans l’eau bouillante, à laquelle on a ajouté un peu de jus de citron pour empêcher la chair de noircir. L’inuline est ainsi transformée en sucres simples des plus digestes, dont l’absorption graduelle sera encore facilitée par un généreux accompagnement de beurre ou de crème.

Topinambours rôtis

1 paquet de topinambours bien nettoyés, tranchés en rondelles ou entiers, au goût
1 à 2 c. à table d’huile de tournesol
Sel et poivre frais
Un peu de thym ou de romarin

Pré-chauffer le four à 400 F. Brasser les topinambours dans un bol avec l’huile de tournesol et ½ c. à thé de sel. Ajouter les herbes et faire cuire au four dans un plat à gratin peu profond de 20 à 30 minutes. Piquer les tubercules avec la pointe d’un couteau : ils devraient être tendres mais offrir encore un peu de résistance (une cuisson trop longue les fera tourner en bouillie!). Assaisonner de poivre et servir chaud, en plat d’accompagnement.

Potage de poireaux et céleri-rave
Un potage doux et savoureux.

2 c. à soupe d’huile d’olive
3 bons poireaux, parés, tranchés en rondelles
1 céleri-rave de taille moyenne, pelé, coupé en morceaux
½ c. à thé de sarriette séchée
½ c. à thé d’origan séché
½ t. de riz brun ou blanc déjà cuit, ou une pomme de terre à bouillir (pas une Russet!), en petits cubes
8 t. de bouillon ou eau au choix
Sel et poivre au besoin
Fromage Gruyère ou Emmenthal à râper au-dessus de chaque bol (option délicieuse)

Dans un gros chaudron, faire chauffer l’huile d’olive à feu moyen et y déposer les poireaux. Faire revenir quelques minutes avant d’ajouter le céleri-rave et ¼ de t. d’eau, les herbes (en les broyant entre les doigts) et 1 c. à thé de sel. Couvrir et laisser cuire une dizaine de minutes, en remuant de temps à autre.
Ajouter le riz ou la pomme de terre, le bouillon ou l’eau, et porter à ébullition. Baisser le feu et laisser mijoter une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que les légumes soient bien tendres. Goûter pour assaisonner de sel et de poivre au goût (attention si vous utilisez un bouillon pré-salé).