Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 27 et 29 septembre 2011

Visite d’une coop
Vendredi dernier, l’équipe des Jardins de Tessa est allée visiter la ferme coopérative Toune-sol, dans la municipalité de Les Cèdres. Cette visite fut des plus inspirantes. La Coop produit plusieurs de ses semences et c’est en partie ce qui nous intéressait lors de cette visite. Nous aimerions, à plus ou moins long terme, en faire autant pour certaines cultures afin de diminuer nos coûts de production et d’avoir des cultivars adaptés à notre climat et à notre sol.

Rabiole ou navet ?
Au Québec et ailleurs, le légume que l’on nomme « navet » est en fait du rutabaga. La chair du rutabaga est de couleur jaune, légèrement orangée. La rabiole (qu’on appelle aussi souvent navet d’été) est généralement plus petite que le rutabaga et sa peau va du rouge au blanc en passant par le pourpre. La chair de la rabiole est plutôt blanche. Son goût est plus délicat que celui du rutabaga. Il se rapproche un peu de celui du radis. Même si elle peut être cuite, la rabiole a beaucoup plus de goût crue, en tranches, en bâtonnets ou râpée. On peut la manger en trempette avec une sauce tzatziki par exemple ou encore arrosée d’un filet d’huile d’olive et de jus de citron. La rabiole est employée par l’homme depuis des temps immémoriaux. On la retrouve à l’état sauvage encore aujourd’hui dans le bassin méditerranéen, en Europe et jusqu’en Sibérie. Les rabioles se conservent très bien au réfrigérateur, dans un sac perforé ou entrouvert.

Salade très simple de racines râpées

2 petites rabioles ou 1 moyenne
2 carottes moyennes
1 betterave moyenne
1 pomme épluchée
1 petite échalote
jus d’un demi citron
de l’huile
sel et poivre, au goût

Éplucher les rabioles, les carottes et les betteraves. Râper les légumes et la pomme, et émincer l’échalote. Arroser le tout avec le jus de citron et l’huile, et ajouter sel et poivre au goût.
(Tiré du site Web de la ferme « Le potager d’Émylou»)

Courge spaghetti
Kelli Ann dit ne pas avoir encore trouvé de recette dans laquelle la courge spaghetti puisse remplacer les nouilles. Elle trouve que la sauce tomate est trop lourde pour la courge spag. En cherchant quelque chose de différent, elle a trouvé une recette très originale, qui utilise plutôt la chair de la courge comme une sorte de choucroute pour la base d’un plat de poisson. Intéressant… Pour ma part (Yoana) je trouve que la courge spaghetti se marie bien avec une sauce au bleu (fromage bleu, oignons ou échalotes et crème) ou encore avec une sauce béchamel garni de beaucoup de champignons. Certains partenaires m’ont dit aussi faire de la courge au pesto. Tous les goûts sont dans la nature. À vous de trouver votre recette !

«Choucroute» de poisson à la courge spag
1 courge spaghetti d’environ 1kg
2 oignons (ou 2 blancs de poireau)
500 g de poisson blanc à chair ferme (haddock, morue)
une douzaine de crevettes grises, si vous voulez
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 citron
un peu de crème
sel, poivre, 12 baies de genièvre
1 verre de vin blanc sec

Cuire la courge : on peut la bouillir en entier, pendant une vingtaine de minutes, ou couper en 2 dans le sens de la longueur, enlever les graines et cuire au four à 375º F pendant 30 à 40 minutes. Extraire la chair de la courge à l’aide d’une fourchette. Éplucher et émincer les oignons. Dans une grande cocotte, faire revenir les oignons dans l’huile d’olive pendant 5 minutes. Ajouter les filaments de courge, les morceaux de poisson, les baies de genièvre et un peu de sel. Mélanger délicatement. Ajouter le verre de vin blanc, couvrir et laisser cuire 15 minutes. Ajouter les crevettes, couvrir et cuire 10 minutes. Chauffer la crème dans une petite casserole, sans faire bouillir. Saler et poivrer au goût, et ajouter le jus d’un citron. Pour servir, sortir les morceaux de poisson et les fruits de mer, et les garder au chaud. Ajouter la moitié de la crème aux courges et ajuster l’assaisonnement au goût. Répartir la courge dans les assiettes, disposer les morceaux de poisson et les crevettes, et napper de la sauce restante.
Tiré de : Fichaux, Brigitte, La nouvelle cuisine familiale : Automne, Les Editions GabriAndre, p. 241. 1997.