Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 20 et 22 septembre 2011

Courges à l’abri…
Frédéric était très content de pouvoir terminer la récolte de courges, vendredi dernier. Avec les températures annoncées pour la fin de semaine et les risques de gel, pas question de les laisser au champ. Nous avons récolté des courges poivrées, musquées, délicata ainsi que de petites citrouilles à tarte. Lorsque l’on récolte les courges, elles sont mises dans des bennes (boîtes ajourées en bois de 42 pouces par 48 par 24 pouces de profond) et sont ensuite entreposées dans un espace bien chauffé et ventilé. Dans ces conditions, elles peuvent se conserver un bon moment afin que l’on puisse en garnir aussi nos paniers d’hiver.

Fèves Edamame
C’est la première fois que nous essayons cette culture à la ferme. L’Edamame est une plante qui ressemble aux plants de soya que l’on voit souvent près des champs de maïs. Le fruit de ces plantes ressemble beaucoup aux petits pois avec du poil en plus. Pour récolter ces fèves, on arrache le plant, on l’accroche et à deux mains, on arrache les cosses. C’est un travail qui exige temps et main d’œuvre pour un résultat assez modeste, comme vous pourrez le constater. Bien que nous trouvions ce nouveau venu bien intéressant dans notre assiette, nous en sommes à nous questionner si ça en vaut la peine…
En japonais, le mot « edamame » fait référence aux fèves de soya fraîches. Ces fèves, très populaires en Asie sont maintenant connues à travers le monde. Pour les apprêter, on les fait bouillir cinq minutes dans de l’eau bouillante salée. Une fois cuite, il est facile de sortir la fève de sa cosse. On peut en garnir des salades ou des sautés de légumes, en faire une purée pour tremper des crudités ou tartiner un sandwich, les ajouter aux soupes ou encore les manger comme ça simplement avec un peu de beurre et/ou de sel et/ou les arroser légèrement avec du jus de citron.

Croustilles de kale
Même ceux qui n’aiment pas le kale a priori ne peuvent y résister!

1/3 t. de tahini (ou de beurre de cachou)
1 c. à table de jus de citron
2 c. à soupe de levure alimentaire (ou parmesan)
1 gousses d’ail
1 c. à table de sirop d’érable
1/3 t. d’eau
3 c. à table de tamari

Mélanger tous les ingrédients.
Défaire les feuilles d’une botte de kale en gros morceaux en enlevant la tige centrale et mélanger avec la mixture assaisonnée pour bien couvrir tout le kale (utiliser les mains, c’est plus facile). Mettre au déshydrateur ou faire sécher au four à la plus basse température possible et surveiller le tout jusqu’à ce que les feuilles aient la consistance d’une croustille (texture sèche et croquante). Conserver dans un sac ou un bocal hermétique.

Lentilles à la butternut et bette à carde

1c. à soupe d’huile végétale
1 gros oignons hachés
2 gousses d’ail
1 petite butternut, pelée, évidée et coupée en dés
½ c à thé de cumin moulu
½ c. à thé de cari
sel et poivre
1 tasse de tomates en conserve, en dés
2 tasses de bouillon de poulet
1 botte de bette, de kale ou d’épinards frais hachés
1 tasse de lentilles cuites

Chauffer l’huile dans une casserole. Faire revenir les oignons, l’ail, les courges, les épices, le sel et le poivre 3 minutes en remuant de temps à autre. Ajouter les tomates et le bouillon. Couvrir et laisser mijoter environ 15 minutes. Incorporer les bettes à carde et les lentilles. Couvrir et poursuivre la cuisson 10 minutes de plus ou jusqu’à ce que la courge soit tendre.

Conserver les graines de courge, les rincer dans une passoire afin d’enlever le surplus de chair. Les mettre sur une plaque, ajouter sel ou tamari et les faire griller 15-20 minutes au four à 350 (ou jusqu’à texture désirée, moi je les aime bien croustillantes) en brassant de temps en temps afin d’éviter qu’elles ne collent. Un pur délice…

Tiré de : Saint-Amand, Manon, Le temps des courges, 100 recettes pour mieux les connaître et les cuisiner, Éditions de l’Homme, 2004, p. 44.