Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 17 et 19 août 2010

Le mot de Marie-Line
Salutations à vous, partenaires impliqués dans la lutte pour une planète verte! Ici, je ressens déjà la Terre Mère nous remercier de nos labeurs; elle nous chante multiples louanges à ceux qui veulent bien les entendre, que ce soit une journée de pluie abondante tel ce lundi matin, ou en gambadant avec le vent, elle est toujours là, parfois cachée, parfois frappante, d’autres fois timide, mais toujours en chantant cette berceuse pour la vie qu’elle porte…

Dans les champs de notre ferme, la Terre Mère se fait présente au rythme de ses changements. Il n’y a pas trois semaines, nous étions émerveillés de déguster nos premiers cantaloups et voilà que cette semaine, c’est déjà la fin des cantaloups ainsi que des melons d’eau. Ceux-ci laissent derrière eux la trace des ces souvenirs sucrés et délicieux. De plus, nous entamons déjà la récolte d’oignons! Dans mes souvenirs, il s’agissait des premières transplantations au champ durant le mois de mai. Et quelle journée ce fut avec la pluie froide comme compagne! Puis, sans même s’en rendre compte, il est déjà temps de les récolter.

La récolte des oignons
Pour récolter les oignons, c’est toute une besogne! Dans un premier temps, il faut d’abord s’assurer que l’oignon a débuté sa maturation physiologique. Ensuite, on passe un rouleau sur les plants afin de coucher les feuilles. Ainsi, on impose un stress à l’oignon ce qui a pour conséquence de lui donner comme message de fermer son collet. Il est important que le collet soit bien sec et refermé car c’est une porte d’entrée pour les maladies. Ensuite, on sort les plants de terre avec une souleveuse, on les étend au soleil pour qu’ils sèchent bien et on termine par la récolte. La récolte consiste à ramasser les oignons (cela doit être fait très délicatement car l’oignon est sensible aux chocs), à les passer ensuite dans le coupe queue et finalement, à les mettre dans des bennes pour être entreposés. Bref, toute une préparation pour cette grande récolte de conservation mais quelle fierté lorsque cette culture nous réussit !

L’ail et ses secrets
Ce légume originaire d’Asie centrale fut très vite répandu sur les autres continents pour ses usages thérapeutiques et culinaires. D’ailleurs ses capacités à croître en climat froid firent de lui un aliment de base pour de multiples communautés. Alors que la médecine tel qu’on la connaît aujourd’hui n’était pas encore développée, on se servait de l’ail comme d’un puissant antibiotique pour plusieurs maladies. Pour moi, (Marie-Line) il est encore un remède très efficace en infusion contre les rhumatismes et la grippe!
La meilleure façon de conserver l’ail est de le garder dans un endroit sec, bien aéré, froid ou tempéré. Surtout, ne pas réfrigérer l’ail. Dans un milieu chaud et humide, l’ail germe et moisit rapidement. La température indiquée pour une conservation prolongée de l’ail doit osciller autour de 0°C et un taux d’humidité d’au plus 60%.

Rachel T. et ses idées de recettes avec ... les courgettes !
En été, elles sont en grand nombre dans notre panier. Parfois on ne sait plus quoi en faire. À chaque été, je profite de l’abondance des courgettes pour augmenter mes réserves de légumes local et bio pour l’hiver. Je râpe tout simplement mes courgettes et je les congèle en format pré mesurés d’une tasse. L’hiver, je décongèle mes courgettes portion par portion pour les intégrer dans mes recettes. Même si les courgettes sont riches en eau et perdent leur texture suite à la congélation, elles s’intègrent à merveille dans les potages, gâteaux, muffins et biscuits aux courgettes. Dans ce type de recette, la perte de la texture d’origine ne change rien lorsque l’on ajoute aussi le liquide relâché lors de la décongélation.

Frites épicées sans gras ni sel

Pour 1 plaque à biscuits d’environ 14 po x 10 po
Pommes de terre coupées en frite (environ 2 lbs)
1 c. à soupe de cari en poudre
2 c. à soupe de cumin
1 c. à soupe de curcuma
1 c. à soupe de paprika
2 pincées de poivre de cayenne
½ c. à thé de poivre noir

Mettre les épices sur la tôle. Bien mélanger les épices. Coupées les pommes de terres en forme de frites. Déposer sur la plaque et enrober les frites du mélange d’épices.
Cuire au four à 350°F environ 30 minutes ou jusqu’à ce que les frites soient croustillantes. Brasser à la mi-cuisson.