Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 19 et 21 janvier 2010

Bonjour ! Nous vous souhaitons une super belle année 2010 à tous et à toutes! Succès, bonheur, amitiés, bons légumes...
Ici, on a bien apprécié les vacances des Fêtes, on en a profité pour nous reposer.
Maintenant, on est dans la grosse planification pour la saison à venir : imaginer l’année qui vient en terme de finances, de travail, de cultures... C’est le temps de choisir ce qu’on veut faire pousser et de commander les semences dont on a besoin.
Il y aura encore deux autres livraisons après le panier de cette semaine.
Le gros paquet d’ail du panier est à utiliser dans les prochaines semaines, ou encore à mariner pour conserver (en plus des deux recettes ci-dessous, voir la recette d’ail dans le vinaigre du bulletin précédent, disponible aussi sur notre site internet). Bon appétit!

Têtes d’ail rôties, façon gastronomique

1 tête d’ail par personne
huile d’olive ou beurre

Pré-chauffer le four à 350º F. Retirer les épaisseurs de pelure extérieures des têtes d’ail en les frottant des doigts, mais en s’assurant de garder les gousses enveloppées de la dernière couche. Disposer les gousses debout dans un plat à cuisson huilé. Verser une petite goutte d’huile d’olive ou mettre une noisette de beurre sur chaque tête, puis ajouter quelques cuillérées d’eau au plat. Bien couvrir d’un couvercle ou de papier d’aluminium. Faire cuire 45 minutes, avant de découvrir et de faire cuire un autre 30 minutes, jusqu’à ce que l’ail soit complètement tendre à l’intérieur.

Traduit et adapté de : Deborah Madison Vegetarian Cooking for Everyone, Broadway Books, p.377.

Ail rôti expéditif, pour les carnivores

Chez nous, on fait ça beaucoup plus simple : on jette les gousses avec encore une peau dans la rôtissoire lorsqu’on fait cuire un poulet au four. Tant qu’à y être, on ajoute aussi quelques patates en gros morceaux, pour un festin complet! L’ail cuit dans les jus de cuisson
devient presque caramélisé... mmm...

Comme on peut se servir de l’ail rôti en tartinade sur du pain, ou encore comme assaisonnement divin pour des potages ou des trempettes, il n’y en a jamais trop (en fait, chez nous, il n’y en a jamais assez!). - MC

Ail mariné lacto
Un condiment succulent, qui conserve l’ail et ses propriétés et qui apporte en plus les vertus des bactéries acidophiles pour notre santé...

environ 12 têtes d’ail
2 c. à thé d’origan séché
2 c. à thé de sel de mer
2 c. à soupe de petit-lait ou de saumure de légumes lacto (ou encore, remplacer par 2 c. à thé supplémentaires de sel) *

* Le petit-lait est le liquide qui flotte sur le dessus du yogourt nature (on peut aussi mettre du yogourt dans un tamis et recueillir le petit-lait dans un bol en-dessous). Ceci, ou la saumure de légumes lacto (ex. : jus de choucroute crue), sert de culture de base pour les bactéries acidophiles. Sinon, l’augmentation de la teneur en sel est en générale suffisante pour une lacto-fermentation réussie.

Retirer la pelure extérieure des têtes d’ail et faire cuire à 300 F jusqu’à ce que les têtes ouvrent et que les gousses puissent en être retirées facilement. Placer les gousses épluchées dans un pot Masson d’un litre. Mélanger l’origan, le sel et le petit-lait dans une demi-tasse d’eau. Verser sur l’ail, et ajouter plus d’eau pour couvrir complètement l’ail. Le dessus du liquide devrait être à au moins 2,5 cm du rebord du pot. Mettre un couvercle bien vissé et garder à la température de la pièce environ 3 jours avant de transférer au réfrigérateur (4-5 jours si la pièce est fraîche). Peut-être consommé immédiatement, mais prendra sa pleine saveur avec le temps (se conservera intact plusieurs mois, voire 1 an). Une fois le pot ouvert, utiliser à l’intérieur d’un mois.

Traduit et adapté de: Fallon, Sally, Nourishing Traditions, New Trends Publishing, Washington, 1999, p.96