Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 17 et 19 novembre 2009

Le mot des maraîchers
Dans le panier de cette semaine vous trouverez un sac de mesclun de notre serre. Il n'est pas lavé et contient de petits grains de sable croustillants.
La fin de semaine passée Gabrielle (qui faisait les livraisons du jeudi)
s'est installée à St-Pacôme, où elle commencera son propre projet d'ASC le printemps prochain.
Ce n'est pas à la porte, mais si vous connaissez des gens qui seraient intéressés par des paniers, voici ses coordonnées : lorrain_gabrielle@yahoo.ca .
Nous lui souhaitons bonne chance.
Les oignons que vous trouverez dans les paniers cet hiver viennent du Verger aux Quatre Vents à Henryville. Notre production ayant été médiocre cette été, nous profiterons donc de leur grande expérience cet hiver.

Poireaux ou oignons braisés
Une façon idéale de cuire les poireaux et les oignons, qui en concentre la saveur naturellement sucrée.

4 poireaux moyens, parés, ou 3 gros oignons, pelés et tranchés en rondelles
½ t. d’eau
Sel
2 c. à table de beurre ou d’huile d’olive

Placer les légumes dans une casserole qui peut les loger confortablement en une couche. Ajouter l’eau et une bonne pincée de sel. Placer sur un feu moyen à fort et porter à ébullition. Réduire le feu et couvrir pour laisser mijoter jusqu’à ce que les poireaux soient presque tendres (8 à 10 min).
Retirer le couvercle et finir la cuisson à feu vif, en laissant l’eau s’évaporer jusqu’à ce qu’il en reste environ 2 c. à table. Retirer du feu, ajouter le beurre et remuer la casserole jusqu’à ce que le beurre soit bien fondu et ait épaissi les jus de cuisson. Servir sur-le-champ.

Traduit et adapté de : Fowler, Damon Lee, Beans, Greens and Sweet Georgia Peaches, Broadway Books, New York, 1998, p.77.

Topinambours cuits à l’eau salée
Cette recette peut servir de base à toutes les recettes à base de topinambours cuits : gratinés, en sauce, en salade, rissolés, ou tels quels, avec un peu de beurre ou d’huile d’olive.

Topinambours, d’un calibre le plus homogène possible.
Sel
Attention : ne jamais peler les topinambours avant de les faire bouillir. Non seulement la peau en garde la saveur intacte en cours de cuisson, mais elle empêche aussi la chair de devenir foncée et détrempée.
Bien nettoyer les topinambours sous l’eau courante avec une petite brosse à légumes. Ne pas les laisser tremper dans l’eau, sans quoi ils noirciraient. Placer dans un grand chaudron et couvrir de quelques centimètres d’eau. Retirer les topinambours et porter l’eau à ébullition.
Lorsque l’eau bout, ajouter une petite poignée de sel ainsi que les topinambours. Ramener le liquide à ébullition, puis mettre un couvercle entr’ouvert et laisser mijoter à feu moyen jusqu’à ce qu’ils soient tout juste tendres, soit de 12 à 20 de minutes (dépendant de leur grosseur). S’ils sont trop cuits, ils deviendront noirs et détrempés. Verser dans un passoire sans tarder, et peler si désiré. Servir chaud, arrosés de beurre et assaisonnés de poivre et sel, ou réserver pour une recette ultérieure.

Traduit et adapté de : Fowler, Damon Lee, Beans, Greens and Sweet Georgia Peaches, Broadway Books, New York, 1998, p267.

Clin d’oeil grippette
« Dans le corps humain, l’immunité ne serait-elle pas surtout un question de discernement?... »