Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 15 et 17 septembre 2009

Les grosses récoltes automnales battent leur plein. Après les pommes de terre, nous en sommes aux courges d'hiver. La courge Buttercup est la première que nous ayons récoltée; il y en a une dans le panier de cette semaine.

Souvenirs de visite à la ferme
La pluie nous a épargnés pour ce dimanche à la ferme, et plusieurs partenaires sont venus avec leurs beaux enfants et leur amis. Merci à tous pour la préparation de l’ail et la récolte/dégustation de cerises de terre... C’est là que j’ai rencontré Corinne et sa famille, partenaire du Café Touski.
Corinne, c’est la maman de Léo, le petit garçon qui avait débusqué la plus belle, la plus grosse des courgettes lors de la dernière visite à la ferme. Il l’avait rapportée chez lui en trophée... Cette fois-ci, c’était une chenille poilue qui l’intéressait beaucoup. Et tandis qu’il en promenait une, interrogeant Fred sur la sorte de papillon qu’elle deviendrait, et que nous ramassions toutes deux des cerises de terre à pleines poignées, Corinne m’a confié sa recette de dessert aux cerises de terre.

Le clafoutis aux cerises de terre de Corinne
150g de farine (ou moins)
3 oeufs
250 ml (1 t.) de lait
125g de sucre (ou moins selon le goût ou encore substituer par sirop d'érable, etc.)
500g de fruits (cerises de terres, cerises, prunes, framboises fraîches ou congelées)

Mélanger farine, lait, sucre et oeufs et réaliser un pâte lisse et crémeuse. Verser dans une forme à catherine bien graissée (plat de porcelaine à tarte). Ajouter les fruits frais ou congelés. Cuire au four 35 min. à 350 degrés ou jusqu'à ce que le clafoutis soit doré! Tiédir et manger!
Versions salées multiples : saumon et aneth, courgettes et ciboulette, crevettes, tofu....pourquoi pas? Cette recette est inratable, se fait en un tour de main, les yeux fermés ou presque et peut facilement être exécutée par les enfants; tout le monde est content! Bon Appétit! - Corinne

Rabioles farcies au kale, style Sud des États
4 grosses rabioles (environ 2 lbs)
4 c. à table de beurre non-salé (et plus pour beurrer)
1 pqt de kale
Le zeste râpé d’un citron
1/2 t. de chapelure de pain sec
4 oignons verts, tranchés fin
Sel et poivre du moulin

Placer la grille du four au tiers supérieur et pré-chauffer à 400ºF. Retirer la plupart des racinettes et des fanes, mais en laisser un peu des deux. Bien brosser les rabioles sous l’eau courante, puis les assécher. Les enduire d’un peu de beurre, les envelopper de papier aluminium et les placer sur une tôle à biscuits. Mettre la tôle au four et cuire jusqu’à ce que les rabioles cèdent à la pression d’un doigt, soit de 30 à 50 min.
Pendant ce temps, retirer les cardes (tiges) du kale et le trancher en lanières de 2, 5 cm de large. Laver à fond et égoutter, en les gardant un peu mouillées. Mettre à cuire à feu moyen à très chaud dans une grande casserole couverte, jusqu’à ce que les feuilles soient fanées mais encore d’un vert brillant, soit environ 4 minutes. Laisser refroidir sur une assiette.
Faire fondre 2 c. à table de beurre dans un petit chaudron à feu moyen. Y ajouter le zeste et la chapelure et bien mélanger. Réserver dans un bol à part.
Une fois les rabioles tendres, les déballer et les laisser refroidir un peu. Trancher le dessus et avec une petite cuiller, retirer délicatement la chair à l’intérieur, en laissant une coquille d’environ 1 cm d’épais. Mettre la chair de côté pour un autre usage (l’ajouter à un potage ou une purée par exemple).
Mettre les oignons et les 2 c. à table de beurre restantes dans la casserole, sur une feu moyen. Y faire revenir les oignons pour les ramollir, environ 2 minutes. Ajouter le kale, une pincée de sel, un peu de poivre, et bien mélanger. Farcir les rabioles avec le kale, couvrir du mélange de chapelure, et faire cuire une vingtaine de minute, jusqu’à ce que le tout soit bien doré.
Donne 4 portions.

Traduit et adapté de : Fowler, Damon Lee, Beans, Greens and Sweet Georgia Peaches, Broadway Books, New York, 1998, p.279.