Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 3 et 5 août 2009

Après la pluie...
Il nous a fallu faucher tout le feuillage des plants de pommes de terre rouge, dans lequel un peu de mildiou commençait à faire son apparition... Le mildiou est une moisissure qui dégrade le feuillage de certaines plantes et peut se propager très rapidement. Il ne comporte aucun risque pour la consommation mais diminue la quantité et la qualité des récoltes, ainsi que leur conservation ultérieure. Alors, sitôt repéré, sitôt éradiqué, et le feuillage des patates rouges y est passé cette semaine. Les tubercules, d’une bonne grosseur déjà, restent sains et saufs sous la terre, à faire épaissir leur peau avant la récolte. On pense bien avoir agit à temps, et que les patates rouges seront assez belles pour la conservation. Fiou!

...le beau temps!
Quand il fait beau, on fonce. Parce que ça prend du temps sec pour que les récoltes se conservent bien, pour que le sarclage fonctionne. Alors, il a bien fallu travailler en fin de semaine dernière, tandis que le soleil rayonnait! On a fait toute la récolte d’ail au plus vite avant le retour de la pluie. Fénix a réussi tant bien que mal à garder le dessus dans l’entretien des champs et il part avec sa famille pour une semaine de vacances bien méritées... « on lui souhaite du beau temps », de dire notre maraîcher!

Céleri des Jardins
Voici une première : du céleri en branche pour le panier! Notre céleri est d’une saveur aromatique plus prononcée que celle du céleri blanchi du supermarché, et servira peut-être plutôt à assaisonner les recettes qu’en guise de crudité. Il est sage d’y goûter avant de l’utiliser, afin d’en déterminer la juste quantité dans les recettes habituelles.

Salade de patates avec oignon mariné et marjolaine
Avec oignon mariné, câpres, poivron, céleri, marjolaine... bref une salade à grand déploiement!
Les patates nouvelles s’y prêtent à merveille. Comme leur peau est fine et tendre, on peut la garder, ou la retirer sous un file d’eau courante après la cuisson. On les fait bouillir à l’eau salée, ou encore on les cuit à la vapeur.

1 gros oignon blanc ou rouge, émincé
1/3 t. vinaigre de cidre de pomme
Sel et poivre frais
1/3 t. d’huile d’olive
2 lbs de pommes de terre, brossées
1 ½ c. à table de moutarde de Dijon
3 petites gousses d’ail écrasées
2 c. à table de câpres rincés
1 poivron en petits cubes
1 à 3 branches de céleri émincées
2 c. à table de marjolaine fraîche émincée
1 c. à table de thym frais émincé

Mettre l’oignon émincé dans un passoire, et verser lentement le contenu d’une bouilloire d’eau bouillante dessus. Égoutter et mettre dans un grand bol à salade. Ajouter le vinaigre, 1 c. à thé de sel, quelques tours de moulin de poivre, l’huile, et mettre de côté.
Faire cuire les patates entières, les peler si désiré et les trancher en morceaux ou en tranches épaisses. Tandis qu’elles sont encore chaudes, les ajouter à l’oignon, avec la moutarde, l’ail et les câpres. Mélanger délicatement. Ajouter le poivron, le céleri, les herbes et mélanger à nouveau. Vérifier le sel et assaisonner et de poivre en abondance.
Donne environ 8 portions

Salade de patates avec haricots vert et oeufs cuits durs
La recette ci-dessus devient un repas complet... parfait pour un pique-nique épicurien!

Faire cuire 2 bonnes poignées d’haricots verts équeutés à l’eau salée jusqu’à ce qu’ils soient tendres, refroidir à l’eau froide, assécher et napper d’un peu d’huile d’olive, Les disposer sur le dessus de la salade de patates, avec 3 ou 4 oeufs cuits durs coupés en quartiers ou en moitiés, humectés d’un peu de vinaigrette. Couvrir d’estragon ou de basilic haché. Touiller juste avant de servir, ou soulever chaque portions en s’assurant qu’elle comporte une quantité judicieuse de patates, d’haricots et d’oeufs.

(Traduit de Deborah Madison, Vegeterian Cooking for Everyone, Broadway Books, 1997, p.160)