Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 7 et 9 juillet 2009

Une belle saison
Tout pousse en beauté, et jusqu’à présent l’abondance d’averses profite bien à nos cultures. C’est qu’il y aussi de précieux intervalles de soleil et de vent asséchants, et assez de chaleur pour que tout le monde soit content. C’est même très bien en fait, pour cette période de développement végétal, tandis que les plants grandissent et font du feuillage. D’ici quelques semaines, toutefois, on espère bien avoir droit aux jours de grands soleil voire de canicule, qui viennent favoriser la production des légumes-fruits : tomates, poivrons, aubergines, melons, concombres, etc... La grande chaleur permet aussi aux arômes de se développer et de se concentrer, comme pour l’ail ou le basilic, par exemple. (On pourra peut-être le goûter dans le basilic de cette semaine, qui n’a pas encore son côté piquant des grandes chaleurs...)
En attendant la canicule, les légumes-feuilles sont abondants et bien gras, et les légumes racines comme les rabioles et betteraves gonflent à vue d’oeil, croquants et fondants à la fois... mioum.

Des enfants qui apprécient les légumes
Comment se fait-il que certains enfants se recroquevillent au fond de leur chaise devant une assiette de légumes, tandis que d’autres en sont littéralement friands? Sans doute parce que ce sont des personnes, sans plus, avec des goûts personnels. Mais qui dit préférences alimentaires dit aussi (et peut-être surtout) culture. Alors, comment peut-on aider nos enfants à développer l’amour de ces légumes qui peuvent si bien soutenir leur vitalité? Voici quelques pistes...
Premièrement, c’est bien simple : choisir de bons légumes! Et avec L’ASC, on est bien servi! Pouvoir parler de où ils viennent, comment ils ont poussé, venir visiter les champs etc, ça aussi ça active l’intérêt.
Ensuite, prendre soi-même plaisir à manger la nourriture que l’on propose à nos enfants. Si on sert quelque chose pour ses qualités nutritionnelles uniquement, vraiment, ça ne parle pas aux sens, mais plutôt à la raison. Et bonne chance pour le passer aux enfants... Une préparation à point, une jolie présentation, un assaisonnement délicieux, une petite sauce, voilà qui suscite le plaisir et l’intérêt... et une digestion harmonieuse.
Et puis, il y a aussi tout bonnement la familiarité. Lorsqu’un aliment moins apprécié revient régulièrement dans l’assiette, préférablement d’une manière discrète et en petites quantités, il perd de son côté « étrange ». Par ailleurs, lorsqu’un enfant n’est jamais forcé d’en manger, mais plutôt encouragé à l’essayer de temps en temps, et qu’il voit les autres s’en régaler, sa résistance diminue, et sa curiosité, son ouverture s’accroissent. Et les batailles épiques au sujet du brocoli à finir, sans parler de l’usage du dessert comme appât, contribuent bien mal à la création d’un esprit de découverte...
Et que dire des vertus magiques de la participation! Rien de meilleur pour un tit-boute qu’une salade qu’il a préparé lui-même, et décorée à son goût et offerte à toute la famille pour le repas commun!

Pratico-pratique
Des rabioles ou du chou-rave pelés et coupés en demi-lunes, arrosés de tamari et servis en apéritif, à l’heure où les enfants sont affamés, ça passe à merveille!
Les feuillages comme bette-à-carde et compagnie toujours bien cuits, en potages adoucis de pommes de terre et fromage, ou encore en omelettes, ça aussi ça a des bonnes chances...
De salades décorées en forme de soleil, de fleur, de nid, tout ce qui est rond et active l’imagination...
Les sauces et condiments à portée des petites mains pour leur permettre d’arranger ça eux-mêmes à leur goüt : mayo, trempettes, gomasio, beurre, ça aussi c’est gagnant (même si ça peut engendrer des excès...)

Visite à la ferme
C’est ce dimanche, 12 juillet, de 10 à 16hres
Apportons pique-nique, eau, chapeau de soleil et/ou imper et… notre bonne humeur.
Un peu de sarclage, récoltes de courgettes et de concombres peut-être…Bienvenue!!!
Nous apprécions vos confirmations.