Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 12 et 14 février 2008

L’intangible retour de la lumière
Cette semaine, on a commencé à recevoir les semences pour le printemps! C’est excitant de recevoir tout ce potentiel en sachets, et on visualise déjà les petits plants qui germeront bientôt... Même si le froid et la neige perdurent, c’est le temps de l’année où l’accroissement de la lumière progresse à bon rythme, et déjà le lent réveil s’amorce. Si bien que dans les régions un peu plus tempérées, l’antique fête de la Chandeleur tombe à point : on dépose symboliquement en terre les rêves-semences pour ce nouveau cycle de vie... C’est d’ailleurs autour de la date de la Chandeleur que débute l’année chinoise.

Les pousses vertes
Les pousses de tournesol sont une belle occasion de prendre contact avec cette vitalité printanière qui nous attend au bout des dernières tempêtes de mars... Elles sont délicieuses en salade, mélangées à d’autres légumes et arrosées d’une bonne vinaigrette. Dans les sandwichs, aussi, elles apportent une touche savoureuse et originale. On peut les laver dans l’évier rempli d’eau, ce qui fera remonter la plupart des petites écales. On peut enlever les écales les plus tenaces à la main et ensuite les passer à l’essoreuse à salade. Elles se conserveront bien au réfrigérateur dans un plat hermétique. Pour les verdures en général et pour les pousses encore plus, plus tôt on les consomme après la récolte, mieux on en tire parti.

Sur la ferme
Mais quoi qu’on dise au sujet du réveil de la nature, le petit train-train d’hiver est encore en vigueur question travail sur la ferme. En plus du roulement des paniers et des commandes, et de déneiger la cour, on accomplit avec soin les étapes de préparation pour la prochaine saison, afin de nous assurer une base solide. Au printemps, ce n’est plus le temps!

Un plan éclairé pour la fertilisation
Avec l’aide compétente de l’agronome Anne Weil du club d’encadrement technique Bio-Action, nous avons complété notre plan de fertilisation. En gros, ça permet de choisir nos engrais, ainsi que combien, quand et comment les épandre, d’une manière la plus efficace et écologique possible. L’agronome offre aussi des conseils pour les recettes de compost, et fait des inspections en été pour aider à identifier des carences, faire du dépistage d’insectes et de champignons nuisibles, etc. Cette aide spécialisée n’était pas vraiment disponible il y a une dizaine d’années, et apporte une perspective intéressante pour les producteurs bio. Elle est aussi essentielle pour réussir à remplir les papiers exigés par le Ministère de l’Agriculture afin de régir les quantités de phosphore utilisées en agriculture.

Le retour des patates au four
Vous souvenez-vous des Russet? En v’là d’autres cette semaine! Ces pommes de terre sont les meilleures pour la cuisson au four, et pour les frites... et les pires pour faire des patates pilées. Il y a une recette de frites-santé au four sur notre site internet (bulletin des 4 et 6 décembre 2008).

La purée de courge
Simples d’usage, versatiles et utiles, les restants de purée de courge se transforment avec aisance en soupe, s’ajoutent aux recettes de muffins, de pains, de biscuits et de gauffres.
Il suffit de couper en deux une grosse courge, l’évider, et la faire cuire jusqu’à ce qu’elle soit bien tendre (au four à 375 F donne les meilleurs résultats). Retirer la chair, et battre à la cuiller de bois jusqu’à obtenir une belle purée lisse. Ceci devrait être facile à moins d’avoir une courge plus fibreuse, dans quel cas on peut utiliser le mélangeur. Ajouter du beurre au goût et assaisonner de sel et de poivre. Pour une purée plus somptueuse, râper du Gruyère, du Fontina ou de l’Émmenthal au-dessus, ou encore coiffer de mascarpone et de muscade fraîchement râpée. Aromatiser d’huile de sésame rôtie ou y mêler des oignons sautés...

Traduit de Deborah Madison, Vegeterian Cooking for Everyone, Broadway Books, 1997, p.439)