Petites nouvelles des Jardins de Tessa, 29 et 31 janvier 2008

Équiterre, qu’est-ce que ça mange en hiver?

Notre ferme et nous, ses partenaires, sommes membre d’un réseau québécois de fermes bio qui fonctionnent en Agricuture soutenue par la communauté (ASC). Ce réseau est lui-même au sein d’un regroupement citoyen innovateur: Équiterre. Mais de quoi s’agit-il, au juste?

«Équiterre s’est donné pour mission de contribuer à bâtir un mouvement citoyen en prônant des choix individuels et collectifs à la fois écologiques et socialement équitables. À travers ses quatre programmes — agriculture écologique, commerce équitable, transport écologique et efficacité énergétique — l’organisme a développé des projets qui permettent au citoyen et au consomm’acteur de poser des gestes concrets qui auront une incidence positive sur l’environnement et la société. Pour appuyer ses interventions, Équiterre développe constamment son expertise en se basant sur les plus récents développements dans ses domaines d’intervention.
Exaspérés par la lourdeur et les inégalités d’un système international contrôlé par quelques acteurs économiques, des jeunes des quatre coins du monde se rencontrèrent pour discuter des enjeux au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992. Animés par la volonté de changer concrètement les choses et d’aller plus loin que la dénonciation et la revendication, ils se sont donnés le mandat de développer une expertise unique, centrée non pas sur les problèmes mais plutôt sur les solutions à mettre en place. Depuis son incorporation, en 1993, Équiterre n’a cessé de grandir grâce à la synergie des individus qui s’y sont greffés selon leurs intérêts, leurs projets et leurs convictions.»
(énoncé de mission et historique, tiré du site internet d’Équiterre)

Par des approches créatives, efficaces et énergiques, Équiterre apporte des possibilités de transformations concrètes pour notre société. Allons jeter un coup d’oeil au site internet pour des nouvelles, des suggestions et des réflexions concernant l’environnement et la justice sociale: www.equiterre.org.

Rencontres entre maraîchers
Justement, l’hiver est une période de l’année où il est plus facile pour les maraîchers de se rassembler pour faire le point sur leur organisme, et échanger sur leur profession.
Une rencontre du comité de suivi pour les fermes du réseau d’Agriculture soutenue par la communauté (ASC) d’Équiterre, a permis de faire une projection pour les 4 années à venir, afin de prévoir et de bien répondre aux besoins du réseau. Selon Frédéric, membre de ce comité, il s’agit surtout de consolider le réseau, de permettre la formation et le soutien des nouveaux producteurs pour ce créneau bien spécialisé, et aussi de favoriser l’entrée d’un nombre croissant de maraîchers en ASC... pour le bien du réseau, et de la planète!

À cette rencontre s’ajoutera la conférence annuelle de vendredi qui vient, à Drummondville. Cette journée de rencontre entre producteurs et productrices du réseau provincial d’ASC, à laquelle Yoana et Frédéric seront présents, favorise un échange d’expérience et de données techniques fertile.

Les panais et les carottes nantaises de cette semaine viennent de la ferme Les Vallons Maraîchers, à Compton.

Le déjeûner aux panais d’Eliot (Coleman)
Recette improvisée par un célèbre et illustre maraîcher bio de Nouvelle-Angleterre. Pour un déjeûner inusité ou une collation sucrée.

3 c. à table de beurre non salé
1 livre de panais, pelés et tranchés en fines rondelles
½ t. de pacanes ou noix de Grenoble, grillées et hachées
Sirop d’érable

Faire fondre le beurre dans une poêle de fonte à feu moyen. Ne pas laisser la poêle devenir trop chaude. Ajouter les panais et une pincée de sel. Faire cuire en remuant fréquemment, jusqu’à ce que leurs sucres caramélisés aient donné au tout une belle couleur dorée (7 à 10 minutes). Servir arrosé de sirop d’érable et parsemé de noix.

Traduit de Vegetarian Cooking for Everyone, Deborah Madison, Broadway Books, p.628

Pis à part de ça, bonne fête Frédéric!